Skip to main content

Le Renseignement au début de la guerre froide


Le Renseignement au début de la guerre froide

Références

  • (sous la direction d’Olivier Forcade et Maurice Vaïsse), Le renseignement au début de la guerre froide, 1945-1955, La Documentation française, 2019, 188 pages.
  • « Renseignement et guerre froide », introduction générale aux actes du colloque précité, pp 11-17.

[vers le site de l'éditeur]



"Ce livre est le fruit des actes du colloque international organisé par l’Académie du renseignement à l’amphithéâtre Foch de l’École militaire le 6 juin 2016 et dont la direction scientifique a été confiée aux professeurs Olivier Forcade de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université et Maurice Vaïsse de l’Institut d’études politiques de Paris."

Auteur(s)

Maurice Vaïsse

Voir


Informations complémentaires


Présentation
Introduction : Renseignement et guerre froide, par Maurice Vaïsse
Études

Les relations secrètes franco-allemandes (1947-1953), par Wolfgang Krieger
Les débuts de la guerre froide : 1946 et le contre-espionnage français en Allemagne occupée, par Louise Matz
Renseignement et contre-ingérence à Berlin (1945-1955), par Christian Brumter
Au seuil de la guerre : lorsque les États-Unis découvrent les opérations clandestines en temps de paix, par François David
Les premières années de la guerre froide et leur influence sur le renseignement américain, par Charles Cogan
Le modèle kominternien, matrice de la vision occidentale du renseignement soviétique, par Guillaume Bourgeois
Le gouvernement travailliste, les services de renseignement britanniques et le début de la guerre froide, par Christopher Andrew
1945-1955 : une recomposition difficile pour le renseignement français, par Claude Faure
L’Indochine au coeur du renseignement occidental contre la Chine communiste, par Jean-Marc Le Page
Beria et la bombe, par Françoise Thom

Témoignages

L’influence des débuts de la guerre froide sur les services et la DST, par Jacky Debain
Roger Wybot, créateur du contre-espionnage français moderne, par Jean-François Clair

Conclusion
Conclusion par Olivier Forcade