Skip to main content

Histoire@Politique n°39 - Le temps, histoire contemporaine d'un enjeu politique et scientifique


Histoire@Politique n°39 - Le temps, histoire contemporaine d'un enjeu politique et scientifique

Références

Coordination : Sibylle Duhautois, Charles-Antoine Wanecq

Le temps, histoire contemporaine d'un enjeu politique et scientifique

"Dans un dossier consacré à la question des temporalités dans le monde arabe, Sylvia Chiffoleau indiquait en 2012 que l’histoire du temps « [restait] en grande partie à venir ». Ce constat, qui s’appliquait au monde arabe, pourrait être étendu à bien d’autres domaines de l’historiographie qui n’ont pas encore vu leurs spécialistes se livrer à une exploration de leurs objets au prisme des temporalités. Les contributions réunies dans ce dossier cherchent à enrichir ce questionnement en considérant le temps comme une catégorie investie par différents acteurs à l’époque contemporaine. Soulignons d’emblée le caractère paradoxal de traiter spécifiquement la question du temps, « matériau fondamental des historiens », pour reprendre l’expression de Jacques Le Goff. Le propre du chercheur est en effet de réfléchir sur le temps et sa périodisation, de créer des chronologies, de donner sens à des séquences temporelles bien délimitées et de redonner à l’événement une place problématique dans le déroulement du temps : à partir de quand considère-t-on qu’un épisode historique fait date ? Quelle est l’épaisseur temporelle d’un événement ? Les travaux fondateurs de Reinhart Koselleck ont démontré l’importance d’historiciser le rapport des acteurs au temps en mettant en évidence les divers bouleversements culturels et sociaux provoqués par la transition entre le temps circulaire, répété, de l’Ancien Régime et le temps plus linéaire, tourné vers des expériences sans précédent dans le passé qui s’impose en Europe à partir de la fin du XVIIIe siècle. Depuis une quinzaine d’années, la notion de « régime d’historicité » a connu un succès important, au point de s’imposer dans l’analyse historienne comme la marque d’une lecture plus fine et plus approfondie de la signification des processus historiques. Elle permet de décrire une époque au prisme de la relation que ses acteurs entretiennent collectivement avec le temps et plus spécifiquement le passé, le présent et le futur." [lire la suite]

Auteur(s)

Charles-Antoine Wanecq

Voir