Skip to main content

Arts & Sociétés - Marielle Macé


Marielle Macé enseigne la littérature à l’EHESS, où elle est directrice d’études, et comme professeur invité à la New York University. Elle fait partie des animateurs des revues Critique (Minuit) et Po&sie (Belin). Son travail a porté sur le genre de l’essai, la mémoire littéraire et les recours à la littérature, et sur un renouveau de la pensée du style, élargie du domaine de l’art à la qualification des formes de vie, dans leur pluralité indocile. Ses livres prennent la littérature pour alliée dans une compréhension des formes de la vie commune et des valeurs qui s’y affrontent. Parmi ses publications : Le Temps de l’essai (Belin, 2006), Façons de lire, manières d’être (Gallimard, 2011), Styles. Critique de nos formes de vie (Gallimard, 2016), « Nous » (Critique, n° 841-842, 2017), Sidérer, considérer. Migrants en France, 2017 (Verdier, 2017), Les Noues (Verdier, à paraître).

Arts & Sociétés - Marielle Macé

Références

Marielle Macé, "Élargissement du poème", Arts & Sociétés n°108, 09 janv. 2019



À l’heure où l’on s’interroge sur le statut du vivant et du non-vivant, de l’humain ou du non-humain, les choses nous occupent comme des agents actifs du monde, qui agissent autant sur nous que le contraire.

Marielle Macé redonne aux poètes la primeur de les avoir traitées autrement, de les avoir regardées, écoutées, entendues comme nous devrions le faire. Au parlement des choses réclamé par Bruno Latour, elle appelle à la barre les témoins-choses et aussi celles qui accusent : la Méditerranée, par exemple. Sa voie poétique n’exige pas de les faire parler comme nous parlerions, mais de les prendre en considération, de se tenir « au bord » d’un échange avec tact et imagination.

Laurence Bertrand Dorléac