Skip to main content

Arts & Sociétés - Lettre du séminaire n°91 - Charlotte Guichard


Ancienne élève de l’École normale supérieure, Charlotte Guichard est chercheure au CNRS (Institut d’histoire moderne et contemporaine, Paris). Spécialiste de l’art des Lumières, ses travaux portent notamment sur l’histoire du marché et des collections, les échanges interculturels dans les arts, la valeur de l’art et le dialogue entre histoire de l’art et sciences sociales. Elle est l’auteur de Les amateurs d’art à Paris au XVIIIe siècle (Champ Vallon, 2008); Graffitis. Inscrire son nom à Rome, XVe-XIXIe siècles (Seuil, 2014), écrit lorsqu’elle était pensionnaire à la Villa Médicis. Elle prépare actuellement la publication de son nouveau livre, La griffe du peintre. Essai sur la signature dans le tableau (1730-1820).

Arts & Sociétés - Lettre du séminaire n°91 - Charlotte Guichard

Références

Charlotte Guichard, "La perte des choses ? Eléments pour une anthropologie matérielle du tableau" in Lettre du Séminaire, Arts et Sociétés, n°91, 4 avril 2017



Charlotte Guichard met en valeur tout ce qui va à l’encontre de l’idéal kantien. Elle travaille à une anthropologie du tableau en montrant que l’art passe aussi par sa matérialité et ce qu’elle nomme son régime pré-esthétique. Elle met en avant ce que la seule vision cache : tout un monde de gestes et de pratiques, toute une relation matérielle et tactile avec l’art. Ce faisant, elle repère deux généalogies distinctes : une approche idéale et une approche triviale qui vient de l’atelier, du cabinet de l’amateur et d’une philosophie matérielle du sujet et des savoirs à l’âge des Lumières.

Auteur(s)

Laurence Bertrand Dorléac

Voir