Skip to main content

Arts & Sociétés - Lettre du séminaire n°61 - Nathan Réra


Nathan Réra est docteur en Histoire de l’art contemporain, post-doctorant au Labex Créations, arts, patrimoine (Université Paris 1/HiCSA). Ses recherches portent sur les relations entre les arts et sur les représentations visuelles des génocides. Sa thèse de doctorat, sous la direction de Pierre Wat et de Sylvie Lindeperg, avait pour thème les représentations du génocide des Tutsi dans les médias, la photographie et le cinéma (à paraître aux Presses du réel, 2014). Il est l’auteur de deux ouvrages aux éditions Rouge Profond : De Paris à Drancy ou les possibilités de l’art après Auschwitz (2009) et Au jardin des délices. Entretiens avec Paul Verhoeven (2010).

Arts & Sociétés - Lettre du séminaire n°61 - Nathan Réra

Références

Nathan Réra, "Rwanda, images du désastre, du temps de l'information au temps de la mémoire ", Arts & Sociétés, Lettre du séminaire n° 61, janvier 2014.
http://www.artsetsocietes.org/f/f-index61.html



 

Rwanda

La mise en scène en photographie a toujours existé. Alexander Gardner et Timothy O’Sullivan sont connus pour avoir sans doute déplacé des cadavres pour rendre plus « percutantes» leurs compositions dès la guerre de Sécession ; de même qu’ils déclaraient nordistes ou sudistes leurs modèles selon les besoins du message à transmettre.

Nathan Rera nous offre les conclusions de sa thèse qui donnera bientôt un livre aux presses du réel sur des événements beaucoup plus récents. Il rappelle et il interprète les faits : le génocide des Tutsis au Rwanda généra bien des photographies dès les premiers jours des massacres mais ce ne sont pas celles qui disaient l’ampleur de la catastrophe ni ses véritables modalités qui furent les plus diffusées, mais bien d’autres, instrumentalisées au nom de la propagande et en vertu du travail expéditif des médias. Or, elles véhiculaient des contresens à dégoûter des images.

Laurence Bertrand Dorléac
 

Auteur(s)

Laurence Bertrand Dorléac

Voir