L'extrême-droite marginalisée : l'exemple portugais