Skip to main content

L'activité scientifique

Des violences : 1798-1918


Ce groupe de recherche sera consacré à l’étude de la violence en Europe de 1789 à 1918. Notre angle d’approche sera délibérément interdisciplinaire dans son principe ; nous nous appuierons sur des méthodes et des questionnements développés par les travaux des historiens, sociologues, et anthropologues, sur les différentes formes, expressions et représentations de la violence – individuelle, collective, physique, verbale et symbolique.

Nous nous attacherons à tenter d'expliquer le rôle des foules, des grèves, des résistances, des massacres, de la guerre et de la révolution, afin de comprendre les formes multiples qu’ont pris la violence, ses causes et ses conséquences. De plus, nous tenterons d’éclairer les diverses réponses qui ont été faites à ces violences, qu’elles aient été judiciaires ou politiques, répressives ou clémentes, par une étude de l’histoire de la justice criminelle et militaire, autant que par des réflexions sur les notions de pardon, de grâce et d’amnistie. Les différentes périodes abordées dans notre projet ont été le théâtre de manifestations multiples de la violence, mais aussi de représentations et descriptions dans la littérature, la presse ainsi que les images – autant de domaines qui ont contribué de manière significative à une meilleure compréhension de la perception et de la réalité des violences. La question de la mémoire - celle des guerres et notamment des guerres civiles,  et celle des révolutions - figure, également, au cœur de nos interrogations, de même que les difficultés, pendant la période étudiée, à sortir de la violence – ou vivre avec – un problème pour lequel le XIXème siècle ne trouva pas de solution satisfaisante.

Ce projet reflète notre vision de la violence comme un phénomène multiple et complexe, qu’il convient de replacer dans un large contexte social, politique et religieux.