Skip to main content

L'agenda

14
Mar.
2016

Histoire de l'Europe, séance 6

Séminaires

Présentation


Solidarité chrétienne et réconciliation politique : Les Églises et les relations économiques et politiques entre la Grèce et l’Allemagne pendant la Guerre Froide

Participant(s)


Pandora DIMANOPOULOU (Sciences Po)

La crise économique qui sévit en Grèce depuis cinq ansa contribué à mettre sur le devant de la scène politique et médiatique, non seulement en Grèce mais aussi partout en Europe, deux problèmes de première importance pour qui veut comprendre la complexité des rapports qui lient les nations européennes et leur évolution tout en prenant la mesure de leurs disparités. La première question concerne la controverse au sujet des réparations allemandes de la Seconde Guerre mondiale et l’occupation nazie de la Grèce. La deuxième question concerne les discussions sur la propriété de l’Eglise orthodoxe grecque, son statut d’exonération fiscale, ainsi que le rôle qu’elle doit jouer dans cette crise humanitaire et sociale. Cependant, en dépit de leur résurgence dans l’actualité, aucune de ces questions n’est nouvelle; elles ont même été liées par le passé. En effet, l’ancien évêque œcuménique de Kissamos et de l’Église orthodoxe grecque d’Allemagne, Irénéos Galanakis (1911-2013) a cherché à établir un programme ambitieux de développement économique et social local tout au long de son mandat épiscopal pendant toute la période de l’après-guerre. Curieusement, ce programme a été financé non seulement par les Églises protestantes allemandes, mais aussi par le gouvernement de la République fédérale allemande. Prenant en compte cette perspective, la présentation examine le rôle qu’ont joué les Églises dans le développement des relations économiques et politiques entre la Grèce et l’Allemagne. Elle explorera la façon dont les contacts de l’Église orthodoxe grecque avec les Églises protestantes allemandes ont influencé la construction de la modernité politique, sociale, culturelle et religieuse grecque dans le contexte de la Guerre Froide.

Commentaire : Caroline MOINE (UVSQ Versailles St. Quentin en Yvelines)