Skip to main content

Artistes et robots. Acte 2


Artistes et robots. Acte 2

Références

Laurence Bertrand Dorléac, "Artistes et robots. Acte 2" in Alain Fleischer et Alain Prochianz (dir.), Le rêve et les formes. Arts, sciences & Cie, Le Seuil/Le Fresnoy/Collège de France, avril 2019, pp. 57-64



Auteur(s)

Laurence Bertrand Dorléac

Voir


Informations complémentaires


Présentation de l'éditeur

Une oeuvre d'art est, presque toujours, l'oeuvre d'un artiste, même s'il s'agit d'un" ready made ", et celui qui la perçoit le fait aussi en tant que sujet. Ce qui rend toute oeuvre d'art inépuisable. C'est même peut-être à cela qu'on la reconnaît. On ne voit, lit, entend jamais deux fois la même oeuvre.
La question est différente pour les scientifiques qui, depuis Galilée et le " grand livre de la nature écrit en langage mathématique ", déchiffrent ledit livre sans que le sujet n'intervienne autrement que par son habileté de déchiffreur. La vérité est dévoilée et existe indépendamment du sujet qui la dévoile puisque c'est la nature qui se dévoile. L'allégorie a traversé le xixe siècle et reste bien vivante. Même si, on le constate très souvent, le voile montre parfois plus que le dévoilement.
Alain Prochiantz

Qu'est-ce qu'une forme et pourquoi s'y intéresser aujourd'hui ? Si l'on se réfère au sens commun, une forme est un ensemble de traits caractéristiques – visuels, sonores, tactiles – qui permettent à une réalité physique d'être conçue, puis perçue. S'adressant à nos sens ou se constituant dans notre imagination, parfois à notre insu comme lors des rêves, les formes semblent être des entités premières, auxquelles ont à faire tous les champs du savoir et de la création.
Les formes se meuvent, se déforment, s'érodent, se régénèrent. Nombreux et difficilement définissables sont les passages de la forme au difforme, du difforme à l'informe. Existe-t-il des formes qu'on ne peut nommer ? Et, à l'inverse, la langue est-elle capable d'émettre des énoncés qui n'évoquent aucune forme ? À quoi nous font rêver les formes ? À quelles formes rêvons-nous ? En interrogeant ainsi le rêve que peuvent susciter les formes, peut-être serions-nous tentés d'anticiper le moment où celles-ci, libérées de leur référent, devenues des signes dépourvus de sens, se mettraient elles-mêmes à rêver. On pourrait se demander alors : " À quoi rêvent les formes ? Quel est le rêve des formes ? "
Alain Fleischer