Skip to main content

Research activity

2. Séminaire spécialisé | Mondes communistes/mondes soviétiques : vers une histoire globale


> Prochaine séance en février 2018

L’histoire mondiale du XXe siècle aurait été différente sans l’expérience soviétique qui naît de la déstabilisation de l’Empire russe dans la guerre et la révolution durant les années 1905-1918. A l’inverse, l’histoire de la Russie au XXe siècle ne peut s’écrire sans l’idée communiste, produit du mouvement ouvrier européen. Si les mondes soviétiques et communistes, qui ont pu dominer l’histoire politique, sociale et culturelle à certains moments du XXe siècle, notamment après 1945, ont depuis disparu, discrédités et vaincus, véritable impasse de notre histoire contemporaine, notre séminaire a le projet de faire l’histoire de cette alternative à la fois géopolitique, idéologique et spatiale et de ses impacts internes et externes.

Ce séminaire se place en outre à la conjonction de trois moments historiographiques : l’ouverture des archives de l’ex-URSS et du bloc socialiste européen, le renouvellement et le décloisonnement des études sur l’espace russe et soviétique nécessitant un travail de bilan critique sur les “soviétologies” et les « cold war studies » antérieures aux années 1990, les apports de l’histoire globale, impériale et connectée pour repenser l’histoire des mondes soviétiques et communistes.

Il se proposer de mener l’enquête dans trois directions :

Tout d’abord, il interrogera la piste de l’utopie politique, économique, sociale et culturelle portée par la Russie bolchevique en 1917. Dans quelle mesure celle-ci a reconfiguré le débat politique mondial et les formes de militantisme (Komintern, système public mondial paracommuniste), en s’instituant en challenger des autres expériences et projets (démocratie libérale, nationalisme, construction européenne), en provoquant aussi par son projet radical et par ses pratiques de violence et d’exclusive l’émergence à l’étranger de nouveaux mondes (mondes des émigrations, de l’anticommunisme militant ou dissident).

Il suivra également la piste des emprunts. Dans quelles mesures, la construction des Etats et des sociétés de type soviétique s’est coulée dans des traditions et des héritages nationaux ou régionaux, dans quelle mesure elle a participé d’une internationalisation ainsi que d’une universalisation des normes et des pratiques alors en circulation.

Enfin il s’agira de réfléchir à l’impact fondamental que la construction soviétique a eu sur la pérennisation de formes impériales jusqu’en 1991 et au delà aux échelles russe, soviétique, européenne, eurasiatique, voire ultra-marine.

Ce séminaire semestriel auquel les doctorants prendront une part active se veut être le forum des publications récentes et des recherches individuelles ou collectives en cours. Il a pour ambition de fédérer des historien-nne-s de générations différentes, d’ouvrir certaines séances à la réflexion pluridisciplinaire et de prendre en compte de manière réflexive les enjeux politiques et sociétaux liés à la situation internationale actuelle de la Russie et de son voisinage européen et asiatique.

L’objectif de cette première année sera aussi de tester, au gré des interventions, la validité d’une investigation historique prenant pour objet les mondes soviétiques/communistes dans une perspective globale.

File(s) for download

programme_2017.pdf programme_2017.jpg