Skip to main content

Commission de Représentation Patronale

Commission de Représentation Patronale

Fonds papier

La reprise en main de l'économie française nécessite, après la Libération, un organisme provisoire de représentation patronale qui lui fait défaut.
C'est pourquoi dès septembre 1944, le général de Gaulle met en place la Commission de Représentation Patronale (1944-1946) qui donnera naissance par la suite au CNPF.
Gaston Palewski, directeur du cabinet du général de Gaulle, convoque en septembre 1944 Etienne Villey (issu d'une famille de hauts fonctionnaires et d'universitaires, il travailla, dans la perpective de la Libération, à faire agréer l'idée d'une déclaration paritaire commune ouvriers-patrons sur le futur régime social de la France) afin d'établir une liste d'hommes d'affaires qui constitueraient, après approbation du gouvernement, des interlocuteurs représentatifs du patronat.
Avec l'appui de Pierre Fournier et d'Alexandre Parodi, Villey put répondre à la demande du général de Gaulle malgré un climat politique très défavorable aux milieux d'affaires (premières nationalisations de l'après-guerre).

Archives content

Ce fonds représente un dossier constitué par Etienne Villey en 1953, utilisé par Jean-Noël Jeanneney lors de la rédaction de "Hommes d'affaires au piquet - Le difficile intérim d'une représentation patronale (septembre 1944-janvier 1946)" in Revue Historique, janvier-mars 1980. Il contient notamment des textes rédigés par E. Villey évoquant son activité sous l'occupation, des récits et analyses personnelles d'une part, les procès-verbaux de la CRP et ceux des entretiens avec les pouvoirs publics d'autre part.