Skip to main content

Calendar

15
Mai.
2019

ESOPP |Penser par cas en histoire des populations | séance 4

Séminaires

Overview


Penser par cas en histoire des populations

Séance organisée par Mathilde Rossigneux-Méheust

« Un cas c’est ce qui pose une question » expliquent en substance Jacques Revel et Jean-Claude Passeron dans un texte qui a largement contribué à formaliser conceptuellement la tension entre la singularité des cas et l’histoire dont elle est le produit. L’enjeu de cette séance est de questionner l’usage
des cas et du matériau biographique chez les historiens des populations vulnérables. De la quête archivistique à la mise en récit, comment l’histoire sociale des populations intègre-t-elle le singulier ?

Elsa GÉNARD, Centre d'histoire du XIXe siècle, Paris I Panthéon-Sorbonne
« Faire peu de cas des prisonniers. L’institution pénitentiaire entre standardisation et individualisation (fin XIXe-années 1930) »

Anatole LE BRAS, Centre d'histoire de Sciences Po
« Cas historiques et cas médicaux d’aliénés protestataires et quérulents. Des cas-limites pour étudier l’émergence de "patients-citoyens" à l'asile (fin du XIXe siècle) ? »

Programme en pdf

Manager(s)


CHSP/EHESS/CRH/ESOPP/CNRS