Skip to main content

Espagne

Séminaire de doctorants / Identités, Etats et sociétés : Péninsule ibérique et Amérique latine, XIXe-XXe siècles

Séminaire de doctorants / Identités, Etats et sociétés : Péninsule ibérique et Amérique latine, XIXe-XXe siècles


La Batalla, volume 2, n°23, Mexico, 23 avril 1941 (page de couverture). Droits réservés

Axe 1. Mondes ibéro-américains : identités et approches transnationales : La période qui succède aux indépendances latino-américaines conduit à une reconfiguration de l’espace hispanique issu de l’effondrement la Monarchie catholique, sans pour autant mettre fin aux multiples liens qui tissent un espace encore largement transatlantique. Dans un cadre résolument transnational, l’enjeu de l’atelier serait ainsi d’étudier les multiples circulations, d’hommes et d’idées, à l’échelle de cet espace. Si les constructions étatiques contribuent à ancrer de nouvelles réalités territoriales, hommes, idées et modèles culturels débordent largement les cadres étatiques et nationaux. Ces modèles étatiques se construisent en outre largement en miroir, dans un contexte de rivalités et de coopérations, régionales ou internationales, interétatiques ou, pour l’Espagne dans les Caraïbes, en Asie du Sud-est et en Afrique du Nord, entre empires coloniaux. La question des identités sera l’une des entrées choisies pour appréhender cette thématique. Des identités en réélaboration permanente, et mobilisées par des acteurs, internationaux, nationaux ou locaux dans leur effort pour construire des projets multiples de mobilisation sociale, autour des thèmes de l’hispanité et de l’ibéro-américanisme, de l’identité nationale et du libéralisme…, ou bien, de manière plus diffuse et parfois clandestine, de luttes sociales et de visions alternatives de la communauté politique, à l’échelle fédérale, régionale ou urbaine par exemple. Envisagées sur l’ensemble de la période contemporaine, ces identités multiples, non univoques et en conflit, seront abordées à partir des acteurs sociaux qui les modèlent et s’en revendiquent, de leurs projets et de l’écho qu’elles peuvent, ou non, rencontrer dans le monde social.

Axe 2. Etats et sociétés : Prenant acte des multiples propositions théoriques qui renouvellent depuis plusieurs années la manière de faire une histoire des Etats, nous souhaiterions envisager les multiples liens qui se tissent sur la période entre formes étatiques et groupes sociaux, sans toutefois présupposer l’existence d’une frontière intangible (théorique et pratique) entre « Etat » et « société ». Il s’agirait pour cela d’envisager les sphères de l’autorité publique et les modalités de son exercice, en adoptant une approche pragmatiste de l’administration et de ses agents, dans des domaines aussi variés que l’exercice du droit, la fabrique des populations, le maintien de l’ordre public, la santé publique et les efforts de normalisation sociale, souvent autoritaires, que connaissent l’ensemble de ces sociétés dans le dernier tiers du XIXe siècle. Les formes de consentements et/ou de résistances à l’Etat devront alors être étudiées non pas seulement comme une victoire des groupes dirigeants, ou à l’inverse comme les réactions épidermiques de sociétés par nature rétives à l’étatisation, mais bien en questionnant les multiples compromis qui se tissent autour des formes et des modalités de l’autorité publique, et la manière dont les Etats en construction tentent d’instaurer des formes de négociations complexes entre des intérêts souvent divergents. Négociations qui reposent de manière périodique sur le recours à la violence, que ce soit dans les modes de confrontation avec les Etats ou entre groupes sociaux, dans la lutte matérielle et symbolique pour l’accès au pouvoir et aux ressources.

Axe 3. Les formes de la politisation dans le monde hispanique : En Amérique hispanique ou en Espagne, la politisation s’opère par des canaux variés, et repose sur une multiplicité d’acteurs locaux: partis et associations, mais aussi – et surtout ? - communautés locales, paroisses et quartiers (barrios)… assurent tout au long de la période un rôle prégnant de représentation des intérêts, qu’il ne faut pas limiter à la sphère formelle et institutionnelle de la vie politique. Le questionnement devra ainsi porter sur la multiplicité des agencements collectifs qui se constituent autour des luttes de pouvoir et de survie, que ce soit au sein des groupes dominants ou subalternes, dans les villes ou les campagnes. Si la faible structuration horizontale des intérêts des couches paysannes demeure, au moins jusqu’au début du XXe siècle, largement contrariée par le poids des oligarchies locales, qui demeurent les relais indispensables de l’étatisation et de l’intégration au territoire et aux enjeux nationaux, cela ne doit pas masquer la signification des multiples révoltes et soulèvements de la période, qui secouent de manière périodique la péninsule et l’aire ibéro-américaine. La militarisation des sociétés et le poids de la guerre civile, ou le recours à la voie armée dans la conquête du pouvoir, le trucage des procédures électorales et la corruption généralisée sont autant de faits à replacer au centre d’un terrain d’étude sur l’émergence de la modernité politique. Le modèle d’une lente transition entre Ancien Régime et libéralisme politique semble avoir été battu en brèche, par de multiples reconsidérations qui ont pour point commun de s’attacher à saisir les modernités hispaniques dans leur épaisseur historique, socio-politique et culturelle. Des sociétés « post-impériales » dont il semble donc ainsi nécessaire d’interroger les principes de hiérarchies et de stratifications, entre des modèles communs hérités de l’ère espagnole, et des divergences régionales qu’il conviendra de mettre en évidence.

Groupe de recherche sur Espagne, Portugal, Méditerranée (GREPOM)

Groupe de recherche sur Espagne, Portugal, Méditerranée (GREPOM)


Créé en 1992, ce groupe d'étude et de recherche a d'abord regroupé de jeunes historiens concernés par l'Espagne au XXe siècle avant de s'élargir à l'ensemble de la péninsule ibérique et de rassembler une dizaine de chercheurs, dont Aline Angoustures, Anne Dulphy, Yves Léonard, Natacha Lillo, Victor Pereira, Phryné Pigenet, Marie-Christine Volovitch-Tavares... Sa nouvelle appellation entend accompagner l’ouverture de ses travaux aux aires culturelles luso-ibériques et à la sphère méditerranéenne.

Joly

Maud Joly

Doctorant

Doctorante

/

Bibliographie sélective

Guerre Civile, violences et mémoires : retour des victimes et des émotions collectives dans la société espagnole contemporaine, Nuevo Mundo, 15 juin 2008

Dulphy

Anne Dulphy

Chercheur rattaché

Ancienne élève de l’Ecole normale supérieure Sèvres/Ulm, agrégée et docteur en histoire, Anne Dulphy est maître de conférences à l’Ecole polytechnique.

Ancienne élève de l’Ecole normale supérieure Sèvres/Ulm, agrégée et docteur en histoire, habilitée à diriger les recherches, Anne Dulphy est maître de conférences à l’Ecole polytechnique.

Bibliographie sélective

  • Dictionnaire critique de l’Union européenne, en codirection avec Y. Bertoncini, T. Chopin, S. Kahn et C. Manigand, Armand Colin, Paris, 2008.
  • Intellectuels, artistes et militants. Le voyage comme expérience de l'étranger, en codirection avec Y. Léonard et M.-A. Matard-Bonucci, PIE - Peter Lang, coll. « Comparatisme et société », Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2009.
  • Les relations culturelles internationales au XXe siècle. De la diplomatie culturelle à l’acculturation,  en codirection avec R. Frank, M.-A. Matard-Bonucci et P. Ory, PIE - Peter Lang, coll. « Enjeux internationaux », Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2010.

Bibliographie exhaustive

Ouvrages

  • Histoire de l'Espagne. Paris, Hatier, coll. « Nations d'Europe », 1992, 415 p.
  • Histoire de l'Espagne de 1814 à nos jours. Le défi de la modernisation. Paris, Nathan, coll. « 128 », 1992, 128 p. (réed 1999).
  • La politique extérieure de la France depuis 1945. Paris, Nathan, coll. « 128 », 1994, 128 p.
  • La démocratie au XXème siècle. Europe de l'ouest et Etats-Unis, en collaboration avec M.-A. Matard-Bonucci, E. Lynch, L. Maguire, S. Schirmann et J. Vaïsse. Paris, Atlande, 2000, 960 p.
  • La politique de la France à l'égard de l'Espagne de 1945 à 1955. Entre idéologie et réalisme. Paris, Imprimerie nationale, ministère des Affaires étrangères, coll. « Diplomatie et histoire », 2002, 829 p.
  • De la dictature à la démocratie : voies ibériques, en codirection avec Y. Léonard. Bruxelles, Presses interuniversitaires européennes - Peter Lang, 2003, 292 p.
  • Les opinions publiques face à l’Europe communautaire : entre cultures nationales et horizon européen / Public opinion and Europe : national identity in European perspective, en codirection avec C. Manigand. Bruxelles, PIE - Peter Lang, coll. « La cité européenne », 2004, 228 p.
  • La France au risque de l’Europe, en collaboration avec C. Manigand. Paris, Armand Colin, coll. « L’histoire au présent », 2006, 292 p.
  • Penser et construire l’Europe (1919-1992). Etats et opinions nationales face à la construction européenne, en collaboration avec P. Chassaigne, F. David, C. Manigand, J.-M. Palayret et M. Trouvé. Paris, Editions Sedes, 204 p.
  • Dictionnaire critique de l’Union européenne, en codirection avec Y. Bertoncini, T. Chopin, S. Kahn et C. Manigand. Paris, Armand Colin, 2008, 494 p.
  • Intellectuels, artistes et militants. Le voyage comme expérience de l’étranger, en codirection avec Y. Léonard et M.-A. Matard-Bonucci. Bruxelles, PIE - Peter Lang, coll. « Comparatisme et société », 2009, 295 p.
  • Les relations culturelles internationales au XXe siècle. De la diplomatie culturelle à l’acculturation, en codirection avec R. Frank, M.-A. Matard-Bonucci et P. Ory. Bruxelles, PIE - Peter Lang, coll. « Enjeux internationaux », 2010, 693 p.

Articles ou contributions

  • « Pierre Mendès France et l’Italie » (avec P. Milza), in J.-P. Rioux et F. Bedarida dir., Pierre Mendès France et le mendésisme, Paris, Fayard, 1985, p. 287-296.
  • « La politique de la France à l’égard de l’Espagne franquiste 1945-1949 », RHMC, 1989, p. 123-140.
  • « España aislada ». Historia 16, XVI, n° 179, 3/1991, p. 12-20.
  • « La politique culturelle de la France en Espagne dans les années 1950 ». Bulletin du CHEVS n° 6, mars-avril 1996, reprenant la journée sur « la circulation des élites entre la France et l’Espagne 1955-1975 » organisée par le GPI le 21 janvier 1994, p. 42-48.
  • « L’opinion publique française face à l’unification européenne : approche quantifiée » (avec C. Manigand), in E. du Réau dir., Europe des élites ? Europe des peuples ? La construction de l’espace européen 1945-1960, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 1998, p.301-315.
  • « Peut-on parler d'une génération de Français de la guerre civile ? » in CHEVS, Enfants de la guerre civile espagnole. L'Harmattan, 1999, p. 15-30.
  • « L'opinion publique française face à l'élection européenne de juin 1979 » (avec C. Manigand). Journal of European Integration History, 1999, volume 5, n° 1, p. 23-39.
  • « Un miroir des relations franco-espagnoles : les maquisards FFI-FTP détenus par le régime franquiste 1944-1955 ». Exils et migrations ibériques au XXème siècle, n° 7, 1999, p. 179-203.
  • « Antoine Pinay et l'Espagne franquiste ». Relations internationales, printemps 2000, n° 101, p. 73-88.
  • « La politique espagnole de la France ». Vingtième siècle. Revue d'histoire, octobre-décembre 2000, n° 68, p. 29-41.
  • « A l'épreuve de la guerre froide : les préfets du sud-ouest et les réfugiés espagnols 1947-1953 » in Les préfets, leur rôle, leur action dans le domaine de la défense de 1800 à nos jours dirigé par M. Vaïsse. Bruylant, 2001, p. 353-371.
  • « L'opinion française et les élections européennes 1979-1999 » (avec C. Manigand) in CRHMA et AEDE, Histoire de la construction européenne, cinquante ans après la déclaration Schuman. Ouest Editions, 2001.
  • « Les jeunes et l’Europe » (avec C. Manigand) in Dynamiques européennes, nouvel espace, nouveaux acteurs 1969-1981 dirigé par E. du Réau et R. Frank. Publications de la Sorbonne, 2002, p. 219-245.
  • « La France et la défense atlantique : le pacte hispano-américain de 1953 », RHMC, octobre-décembre 2002, p. 53-70.
  • « Les exilés français en Espagne depuis la seconde guerre mondiale : des vaincus de la Libération aux combattants de l’Algérie française », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 67, juillet-septembre 2002, p. 96-101.
  • « Les Eclaireurs de France et le rapprochement franco-allemand au sein de l'Office franco-allemand pour la jeunesse », in Le scoutisme, un mouvement d’éducation au XXème siècle. Dimensions internationales sous la direction de G. Cholvy, Publications Montpellier 3, 2002, p. 311-327.
  • « L'enseignement français dans la péninsule ibérique au lendemain de la seconde guerre mondiale. Approche comparée », in La culture dans les relations internationales sous la direction de F. Roche, EFR, 2002, p. 223-249.
  • « Le Comité intergouvernemental pour les réfugiés. Les limites de la solidarité démocratique de l’Europe face au fascisme », in Organisations internationales et architectures européennes 1929-1939 sous la direction de S. Schirmann, Centre de recherche histoire et civilisation de l’université de Metz, 2003, p. 229-247.
  • « Le regard français sur la transition espagnole (presse nationale, périodiques, ouvrage publié) », in De la dictature à la démocratie : voies ibériques sous la direction d’A. Dulphy et Y. Léonard, PIE-Peter Lang, 2003.
  • « Jean Cassou et la démocratie espagnole », in Histoire et littérature au XXème siècle. Recueil d’études offert à Jean Rives, GRHI de l’université de Toulouse, 2003, p. 87-102.
  • « Enseignement français et francophonie dans les pays du nord de la Méditerranée pendant la IVème République », Relations internationales, n° 115, automne 2003, p. 349-363.
  • « Du plan Schuman à la CECA : les perceptions de l'opinion française » (avec C. Manigand). Le plan Schuman dans l’histoire. Intérêts nationaux et projet européen sous la direction d’A. Wilkens, Bruxelles, Bruylant, 2004, p. 245-267.
  • « Diplomatie et affaire Finaly : l’intermède espagnol », Archives juives, n° 37/2, 2ème semestre 2004, p. 83-103.
  • « La gauche et la guerre froide ». Histoire des gauches en France sous la direction de J.-J. Becker et G. Candar, Paris, La Découverte, 2004, vol. 2, p. 416-434.
  • « L’opinion publique française et la problématique des droits de l’homme face au processus d’Helsinki » (avec C. Manigand). Vers la réunification de l’Europe. Apports et limites du processus d’Helsinki de 1975 à nos jours sous la direction de C. Manigand et E. du Réau, Paris, Editions L’Harmattan, 2005, p. 143-165.
  • « Le consulat de France à Barcelone et les exilés catalans 1944-1956. Action et représentations ». Les exils catalans contemporains sous la direction de J. Canal, A. Charlon et P. Pigenet, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2005, p. 261-275.
  • « La gauche et la guerre froide ». Histoire des gauches en France sous la direction de J.-J. Becker et G. Candar, Paris, La Découverte/Poche, 2005, vol. 2, p. 416-434.
  • « Le référendum français du 29 mai 2005 » (avec C. Manigand). Rivista di studi politici internazionali, janvier-mars 2006, n° 289, p. 22-41.
  • « La guerre d’Algérie dans les relations franco-espagnoles : enjeux spécifiques et éléments de comparaison avec l’Italie ». Numéro spécial des Cahiers de la Méditerranée sur « Crises, conflits et guerres en Méditerranée », décembre 2005, n° 71, p. 31-47.
  • « Démocratie et propagande extérieure : la France des années 1930 au travers de l’action d’Ernest Pezet ». Les Républiques en propagande. Pluralisme politique et propagande : entre déni et institutionnalisation XIX-XXème siècle sous la direction de D. Rolland, D. Georgakakis et Y. Deloye, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 147-160.
  • « L’opinion publique française face aux élargissements » (avec C. Manigand). Cultures politiques, opinions publiques et intégration européenne sous la direction de M.-T. Bitsch, W. Loth et C. Barthel, Bruxelles, Bruylant, 2007, p. 125-145.
  • « L’adhésion à l’UNESCO en 1952, une étape controversée dans la légitimation internationale de l’Espagne franquiste ». 60 ans d’histoire de l’UNESCO, Paris, Maison de l’UNESCO, 2007, p. 313-316.
  • « L’administration en Algérie face à l’accueil et l’internement des réfugiés espagnols : acteurs concernés, politiques suivies et perceptions spécifiques (1939-1943) ». Bulletin de l’Institut d’histoire du temps présent n° 87, 2007, « Les administrations coloniales. Etat de l’historiographie, structures et acteurs », p. 69-79.
  • « La décadence et la politique étrangère française dans les années trente ». La décadence dans la culture et la pensée politique sous la direction de J.-Y. Frétigné et F. Jankowia, Rome, Mélanges de l’Ecole française de Rome, 2008, p. 281-298.
  • « Les réfugiés espagnols en Algérie : les camps oubliés ». La Seconde République espagnole en exil en France (1939-1977) sous la direction de Bruno Vargas, Albi, Presses universitaires de Champollion, 2008, p. 25-47.
  • « L’Algérie française et l’Espagne : regards et perceptions ». L’Europe face à son passé colonial sous la direction d’Olivier Dard et de D. Lefeuvre, Riveneuve éditions, 2008, p. 269-287.
  • « Signes et couleurs des Espagnols d’Algérie : identité nationale et politique 1936-1945 ». Signes et couleurs des identités politiques du Moyen âge à nos jours sous la direction de D. Turrel, M. Aurell, C. Manigand, J. Grévy, L. Hablot et C. Girbea, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 233-248.
  • « Les Espagnols en Algérie et la question nationale : enjeux diplomatiques, perceptions administratives 1936-1944 ». ¿Verdades cansadas ? Imágenes y esterotipos acerca del mundo hispánico en Europa sous la direction de V. Bergasa, M. Cabañas, M. Llucena Giraldo e I. Murga, Madrid, CSIC, 2009, p. 467-475.
  • « Centres d’hébergement et camps d’internement en Algérie (mars 1939-mai 1940) ». Sables d’exil : Les républicains espagnols dans les camps d’internement en Afrique du nord (1939-1945) sous la direction d’A. Bachoud et B. Sicot, Perpignan, Mare Nostrum, 2009, p. 99-117.
  • « La guerre d’Algérie dans les relations franco-espagnoles », Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 235, juillet 2009, p. 117-129.
  • « Intellectuels et journalistes français dans l’Espagne franquiste de 1945 à la fin des années 1950 ». Intellectuels, artistes et militants. Le voyage comme expérience de l’étranger sous la direction d’A. Dulphy, Y. Léonard et M.-A. Matard-Bonucci, Bruxelles, PIE – Peter Lang, « Comparatisme et société », 2009, p. 49-64.
  • « Etat colonial et minorité nationale : migration et exil républicain espagnols en Algérie 1936-1954 ». Les administrations coloniales XIXe-XXe siècles sous la direction de Samia El Mechat, Rennes, PUR, 2009, p. 193-209.
  • « Le Secrétariat général du Comité interministériel pour les questions de coopération économique européenne » (avec C. Manigand), Histoire@Politique.Politique,culture,société mai-août 2009, n° 8.
  • « L’Algérie entre la France et l’Espagne de 1936 à 1939 : les répercussions de la guerre civile », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 99, printemps 2011, p. 51-59.
  • « L’opinion publique et le Parlement européen » (avec C. Manigand), Journal of European Integration History, 2011 (1), vol. 17, p. 117-130.

A paraître :

  • « Circonscriptions régionales et élections européennes : le cas français (2004-2009) » (avec C. Manigand). Intervention lors du colloque sur « fiefs, bastions, terres de mission et déserts électoraux de la Révolution à nos jours » organisé par Eric Kocher-Marboeuf et François Dubasque les 24-26 septembre 2009 à l’université de Poitiers. A paraître aux PUR.
  • « L’encadrement juridique des migrants et réfugiés espagnols en Algérie de 1936 à 1945 ». Intervention lors du colloque international sur « L’étranger et la loi et l’époque contemporaine » organisé les 11 et 12 juin 2010 à Tunis par le Centre d’études et de recherches économiques et sociales de Tunisie avec le Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine de l’université de Nice. A paraître dans les cahiers du CERES.
  • « Le PRL et les questions de politique extérieure » (avec C. Manigand). Intervention lors du colloque sur « le moment PRL 1946-1951) organisé par S. Guillaume, G. Le Beguec, C. Manigand, J.-P. Thomas et S. Tricaud le 13 octobre 2011 au Centre d’histoire de Sciences Po.

Communications non publiées :

  • « Etat colonial et minorité nationale : migration et exil républicain espagnols en Algérie 1936-1944 ». Intervention lors de la table-ronde portant sur « les pratiques administratives de l’Etat en Méditerranée aux XIX et XXème siècles » organisée le 13 janvier 2006 par le Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine de l’université de Nice.
  • « Logique nationale française et construction européenne ». Intervention lors de la journée d’études sur « construction européenne et Etat-nation » organisée par M.-A. Matard-Bonucci et B. Bruneteau le 16 janvier 2008 à l’université Pierre Mendès France de Grenoble.
  • « De l’Algérie française à l’Espagne : exil et mouvement de population ». Intervention lors du colloque international sur « A Emigração dos Países da Europa do Sul : Novas Perspectivas e Contradições (1900-1992) » organisé les 10 et 11 décembre 2009 à Lisbonne par Maria Fernanda Rollo, Victor Pereira, Yvette dos Santos, Sandro Rinauro, Carlos Sanz Diáz et Marie-Christine Volovitch-Tavares à l’Universidade Nova de Lisboa.
  • « Système international et colonisation : les relations triangulaires Algérie-France-Espagne ». Intervention au cours de la table ronde des historiens « Anciens systèmes, nouveaux systèmes » lors de la journée des internationalistes sur la notion de système international organisée par l’Association des internationalistes le 21 octobre 2011. Consultable sur http://www.association-des-internationalistes.org/

Notices de dictionnaire et articles de synthèse

  • « L'Espagne, une démocratie tardive : la transition post-franquiste ». Revue d'histoire moderne et contemporaine, 2000, n° 1-2, p. 41-52.
  • Notices « Espagne » (avec A. Angoustures) dans L'Etat du monde 2000 à 2005, Paris, La Découverte.
  • Notice « Espagne franquiste » dans le Dictionnaire De Gaulle dirigé par C. Andrieu, P. Braud et G. Piketty, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 2006.
  • « Vingt ans après : retour sur l’entrée de l’Espagne dans les Communautés européennes ». Questions internationales, janvier-février 2007, n° 23, p. 117-122.
  • « L’opinion française de la ‘relance’ européenne aux traités de Rome : entre repli et indifférence » (avec C. Manigand). www.ena.lu (dossier spécial pour le cinquantenaire de la signature des traités de Rome, mars 2007)
  • « La France et la construction européenne » (avec C. Manigand). Questions internationales, novembre-décembre 2008, n° 34, p. 108-116.
  • Sept notices : « Communauté européenne de défense », « Communauté politique européenne », « Démocrates-chrétiens (Europe des) », « France », « Gaullistes (Europe des) », « Libéraux (Europe des) », « Référendums d’adhésion », dans le Dictionnaire critique de l’Union européenne dirigé par Y. Bertoncini, T. Chopin, A. Dulphy, S. Kahn et C. Manigand, Paris, Armand Colin, 2008.

Regards

  • « Avis de recherches : l'homme nouveau des fascismes », in Vingtième siècle. Revue d'histoire, juillet-septembre 2000, n° 67.
  • « No pasarán. Images des Brigades internationales dans la guerre d’Espagne », in Vingtième siècle. Revue d’histoire, octobre-décembre 2003, p. 139-141.
  • Portraits de Jean François-Poncet et Bronislaw Geremek ; entretiens avec Pierre Gerbet, Sylvie Goulard, Gaétane Ricard-Nihoul, Jacques-René Rabier, Georges-Henri Soutou, Jean Berthoin, Jean-Pierre Gouzy, Rainer Hudemann, Jean-René Bernard, Paul Collowald, António Costa Pinto, Jacqueline Lastenouse, Jean-Bernard Raimond… dans la rubrique « Portraits et témoignages » de la revue en ligne du Centre d’histoire de Sciences Po, Histoire@Politique.Politique,culture,société

Escoffier, Maurice

Escoffier, Maurice

Fonds papier

Contenu du fonds

ES 1 - M. ESCOFFIER, MAITRE DE CONFERENCES ET PROFESSEUR D'HISTOIRE DIPLOMATIQUE A L'ECOLE LIBRE DES SCIENCES POLITIQUES.

ES 2 - PREPARATION DE COURS, LISTES D'ELEVES, SUJETS D'EXAMEN ET COPIES CORRIGEES 1906-1924

ES 3 - M. ESCOFFIER, SECRETAIRE GENERAL DE LA SOCIETE DES ETUDES HISTORIQUES 1907-1910

ES 4 à 5 - M. ESCOFFIER, CHERCHEUR EN HISTOIRE DIPLOMATIQUE

ES 6 à 8 - RECHERCHES D'HISTOIRE DIPLOMATIQUE SUR LES COLONIES ESPAGNOLES AU XVIIIe ET XIXe SIECLES

ES 9 - M. ESCOFFIER, AUTEUR

ES 10 - ARTICLES DE M. ESCOFFIER ET MELANGES 1907-1914