Skip to main content

Cultures coloniales

Zaugg

Roberto Zaugg

Chercheur associé

Chercheur en histoire moderne à l'Université de Lausanne.

Bibliographie exhaustive

Pour visualiser les publications de Roberto Zaugg aller à la page http://robertozaugg.ch/Publications.html

06
Fév.
2015

Santé militaire, santé coloniale. Guerres, maladies et empires au long du XIXe siècle

Colloques

Présentation


 

 

 

 

Santé militaire, santé coloniale

Responsable(s)


Service historique de la Défense / CHSP

Journée d'études organisée par Roberto Zaugg.

Report


Publication
Roberto Zaugg (dir.), « Guerre, maladie, empire », numéro spécial de Histoire, médecine et santé, 10 (2016).

Document(s) à télécharger

programme.pdf

10
Avr.
2014

Intervention d'Yves Léonard à la table ronde "D'un empire colonial à une lusophonie post-coloniale" au musée du quai Branly

Colloques

Document(s) à télécharger

Dépliant Zoom afrique2(1).pdf

Séminaire de doctorants / Violences coloniales, violences impériales. Comparaisons, circulations, transferts (XIXe-XXe siècles)

Séminaire de doctorants / Violences coloniales, violences impériales. Comparaisons, circulations, transferts (XIXe-XXe siècles)


Ce séminaire a pour objet la violence dans les empires coloniaux à l’ère contemporaine. Dérèglement d’une domination routinisée ou vérité nue du rapport de force, paroxystique ou quotidienne, la violence permet d’approcher le phénomène colonial par le biais des pratiques plutôt que des systèmes. Parce qu’elle met le colonisateur aux prises avec son idée de la civilisation et de la barbarie, elle suscite ou inquiète les discours de légitimation de la domination coloniale.
Contenue sauf exception dans les bornes classiques de l’ère contemporaine (19ème-20ème siècle), qui voit cohabiter constructions nationales et expansions impériales, l’enquête ne se limitera pas aux empires européens : les cas nord-américain et japonais seront abordés. La violence sera étudiée dans la diversité de ses formes et de ses fonctions, de la conquête au travail forcé en passant par les brutalités quotidiennes et à la gestion de la violence « d’en bas ».